cloud, heart, love-5055011.jpg

Poèmes du mois d’avril 2022

Et voilà, encore un mois de passé. Je regroupe sur cette page tous les poèmes parus le mois dernier que vous avez peut-être ratés.

cloud, heart, love-5055011.jpg
Poèmes du mois d’avril

Cloches de Pâques

La ville est belle, c’est dimanche le soleil filtre entre les branches

Les tramways, peints en jaune, glissent en crépitant sur le rail lisse

Un pigeon blanc sur le toit bleu est un spectacle agréable

Ce jeune homme est élégant il ne boutonne pas ses gants

«AuZèbre duZanzibar» la belle enseigne pour un bar

Près de son père une
Antigone passe, souriante, en tea gown

Les marronniers sortent de terre corrects comme des notaires

Ces vers, mesdames, je les veux taillés courts comme vos cheveux

Paul Neuhuy

Le réveil

Si tu m’appartenais (faisons ce rêve étrange !),
Te voudrais avant toi m’éveiller le matin
Pour m’accouder longtemps près de ton sommeil d’ange,
Egal et murmurant comme un ruisseau lointain.
J’irais à pas discrets cueillir de l’églantine,
Et, patient, rempli d’un silence joveux
J’entr’ouvrirais tes mains, qui gardent ta poitrine,
Pour y glisser mes fleurs en te baisant les yeux.
LE VOYAGE DES LETTRES

Et tes yeux étonnés reconnaîtraient la terre
Dans les choses où Dieu mit le plus de douceur,
Puis tourneraient vers moi leur naissante lumière,
Tout pleins de mon offrande et tout pleins de ton cœur.
Oh ! Comprends ce qu’il souffre et sens bien comme il aime,
Celui qui poserait, au lever du soleil,
Un bouquet, invisible encor, sur ton sein même,
Pour placer ton bonheur plus près de ton réveil!
Extrait de: Les solitudes (1869)
RENÉ-FRANÇOIS SULLY PRUDHOMME

Entre les mots et les maux

Entre les mots et les maux
Entre l’écrit et les cris
Entre l’âme en pleine joie
Et la psyché en désarroi
Entre les fantasmes et les marasmes

Entre l’onirisme lancinant
Et le réel fascinant
Entre les aurores idylliques
Et les journées diaboliques
Entre les rimes embrassées

Et les désirs froissés
Entre l’antre de l’anachorète
Et la foultitude malhonnête
Cohabitent le verbe insoumis
Et… l’Insomnie

Abdellatif Bhiri

Je suis comme je suis

Je suis comme je suis

Je suis faite^comme ça »
Quand j’ai envie de rire

Oui je ris,aux éclats
J’aime celui qui m’aime

Est-ce ma faute à moi
Si ce n’est pas le même
Que j’aime chaque fois

Je suis comme je suis

Je suis faite comme ça

Que voulez-vous de plus

Que voulez-vous de moi

Je suis faite pour plaire

Et n’y puis rien changer

Mes talons sont trop hauts

Ma taille trop cambrée

Mes seins beaucoup trop durs

Et mes yeux trop cernés

Et puis après

Qu’est-ce que ça peut vous faire

e suis comme je suis

Je plais à qui je plais

Qu’est-ce que ça peut vous faire

Ce qui m’est arrivé

Oui j’ai aimé quelqu’un

Oui quelqu’un m’a aimée

Comme les enfants qui s’aiment

Simplement savent aimer

Aimer aimer…

Pourquoi me questionner

Je suis là pour vous plaire

Et n’y puis rien changer.

Jacques Prévert

Comme toujours les z’amis, n’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous souhaitez que je publie ici un ou des poèmes que vous appréciez.

Leque de mois-ci vous plu ?

Retrouvez ici les poèmes des mois précédents : février, mars

Le voyage des lettres

Promis, je ne vous harcèlerai pas ! Une à trois infolettre par mois et encore, ce n'est même pas sûr ! Et si cela ne vous intéresse plus, vous pourrez vous désabonnez à tout moment.

Pour vous remerciez de votre engagement, vous allez recevoir un mail de remerciement qui vous permettra de télécharger le prequel Un Grain de Sable dans le Moteur, Victor et Sonia, si vous le souhaitez.

N'oubliez pas de valider votre inscription pour recevoir votre cadeau et les infolettres ! !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.